2010

La posture dans le Yoga de l'Énergie des Saison

Inspiré par des maîtres tibétains, Lucien Ferrer a vécu et enseigné un authentique yoga de l'énergie. Roger Clerc a été l'artisan de sa structuration et de sa diffusion. L'école de Yoga d'Évian qu'il a fondé, première à être basée uniquement sur cette forme de yoga, poursuit la démarche de L. Ferrer en structurant son enseignement sur les énergies de saison. Dès qu'on a gouté cette expérience et les richesses insoupçonnées qu'elle renferme, on n'imagine plus de s'en passer, tant la puissance de leur réalité coule de source. (N.B. : L. Ferrer s'est beaucoup servi de l'énergétique chinoise pour mettre en pratique la dimension "énergie" du Hatha-Yoga.)

La posture dans le Yoga de l'Énergie des Saisons (YES) :
La Posture, chemin de conscience

La posture est l'image emblématique du yoga dans le publique. Elle tient, en effet, une grande place dans le Hatha Yoga... et donc dans l'École de Yoga d'Évian. Avec la respiration, la relaxation et le "feu digestif", elle fait partie des quatre piliers du Hatha-Yoga.
La posture n'est pas un but, elle est un moyen d'évolution dans la manifestation de la conscience. Elle est, de multiple façons, chemin de conscience.
Chaque instant est le but ! c'est la présence
La posture, - "mouvement ralenti à l'extrême" disait Roger Clerc, - la posture est "respiration" de la forme. Et c'est la conscience de tous les mouvements et de l'énergie vibratoire qui l'animent et la parcourent subtilement qui la marque du sceau du yoga.

Elle est pratiquée selon quatre axes clairement définis dans les quatre années que propose l'École, pour les "auditeurs libres", la formation ou le perfectionnement.

Année 1 : la musculature "de saison" pour réaliser la posture
Année 2 : Les éléments de la posture selon les saisons
Année 3 : l'énergie au cœur de la posture
Année 4 : le mental, contremaître de la posture

Le cycle ordinaire de formation suit dans l'ordre ces quatre années. Mais il est possible, par exemple pour des personnes déjà formées dans d'autre type de démarche de yoga, de choisir l'année qui leur convient. De même, on peut, après avoir suivi une ou plusieurs années, reprendre un de ces axes pour l'approfondir.

Année 1 : la musculature "de saison" pour réaliser la posture

La vie est mouvement, la cellule - base de la vie- est mouvement incessant. Notre corps, formé de cellules spécialisées et organisées en tissus est un corps d'action et d'expression grâce au jeu musculaire. Or nous connaissons mal nos muscles. Ils sont tellement inscrits dans nos habitudes qu'ils sont hautement inconscients. Et pourtant, non seulement ils nous permettent de nous tenir, debout, assis ; de nous déplacer, de prendre ; de regarder d'un côté, de l'autre...etc.. - mais leur fonctionnement active la circulation sanguine, le déplacement de la lymphe, la tonicité des tissus osseux...etc.. Leur formidable coordination est assuré à la fois par le sens proprioceptif en relation avec les nerfs sensitifs et les nerfs moteurs, et par les fascias, cette "toile d'araignée" faite des membranes interreliées. Le système musculaire est tout un monde à découvrir et à explorer par la pratique.

Dans l'enchainement de postures en mouvement, - les "phrases", typiques d'un aspect du Yoga de l'énergie, - comme dans les postures tenues la musculature joue un grand rôle. L'éveil au jeu musculaire est un premier pas pour un changement d'état de conscience. Dans un premier temps ce n'est pas forcément ce qui frappe le débutant. Ceci reste en arrière plan. Une amélioration de la tonicité est un des premiers cadeau de la pratique du yoga de l'énergie tel que le conçoit l'École : améliorer intelligemment les abdominaux est la première chose à faire pour toutes les personnes qui souffrent du dos et du maintien. Il ne faut pas perdre de vue que les muscles non utilisés, ou insuffisamment "fondent" très rapidement. Mais en les faisant jouer, ils se fortifient aussi très vite. En une semaine de pratique, les résultats sont déjà là : c'est encourageant pour les débutants !

N'oublions pas "l'abandon de l'effort" qui fait partie d'une des définitions-clés de la posture en yoga. Le lâcher-prise, la relaxation sont en effet des éléments phares indispensables. Mais justement, pour détendre un muscle, une chaîne musculaire, encore faut-il en avoir conscience. Contracter/détendre fonctionnent en couple, c'est-à-dire en complémentarité. Il y a les muscles qui fléchissent et ceux qui opèrent le mouvement inverse d'extension nommés ordinairement antagoniste. Nous préférons, là aussi, parler de muscles qui agissent "en couple". Quand l'un fait l'action, l'autre la guide, l'ajuste. "En couple", c'est une notion riche de sens !

Tout ceci est à découvrir, à assimiler et à approfondir par la pratique dans les postures. Mais les énergies de saison viennent guider, structurer et enrichir les découvertes. En effet chaque saison dans sa coloration particulière, dans ses énergies met en avant une ambiance, un état d'esprit qui s'exprime plus particulièrement par certains muscles en lien avec des fonctions énergétiques internes. Par exemple en automne on souffle un peu après l'intensité vibratoire de l'été. L'énergétique chinoise parle symboliquement "d'énergie poumon". Elle est tout naturellement lié à l'anneau musculaire du diaphragme, muscle majeur de la respiration. Mais ce muscle est aussi mobilisé pour la poussée lors de l'expulsion des selles, ou aussi pour la mise au monde du bébé. Le terme symbolique est "énergie gros intestin". Et tout ceci s'inscrit dans l'énergie descendante d'automne, saison de la descente de la sève dans les racines. Les fruits et leurs graines tombent à terre, c'est la fin d'un cycle et le début d'un nouveau cycle. Cette forme de compréhension et la pratique posturale qui en découle dépasse de loin les strictes notions d'anatomie tout en les mettant en lumière. L'énergie respiratoire est une animation majeure et multiforme des postures.

Utiliser, doser l'intensité de l'énergie musculaire du plus fort au plus subtil en choisissant consciemment les muscles de saison demande une exploration soutenue, "sans longue interruption et dans le non-attachement" (Patanjali). Telle que nous venons de l'évoquer ici, l'année 1 est vraiment très riche. C'est une bonne base, c'est à la racine de la pratique.



Année 2 : Les éléments de la posture et l'activation de la vie selon les saisons
Du "physique" au "physique subtil"

La posture semble être essentiellement de l'ordre du corps physique. C'est là une réalité évidente, bien pratique : là où ça se voit ! Mais elle est en même temps la manifestation extérieure de processus intérieurs de vie. Et elle est suscité par une intention, ou plutôt des intentions plus ou moins conscientes. Pour le grand publique et pour le débutant, c'est le physique de la posture qui prime. C'est l'extériorité et l'aspect matériel qui capte d'abord l'attention. Comment la posture va-t-elle jouer son rôle évolutif de chemin de conscience ? Comment va-t-elle révéler les richesse dont elle est porteuse ?

Dans son exploration des profondeurs de l'être manifesté, Sri Aurobindo se sert de l'expression "physique subtil". Nous nous servons de cette notion dans son approche première. Dès que nous passons de la perception ordinaire à des sensations qui réclament clairement une intériorité, nous la qualifions du terme "physique subtil" et il y a effectivement changement d'état de conscience. C'est ce qui se passe, par exemple, quand, dans un état ordinaire, nous allons ressentir les battements du sang dans une partie du corps. C'est encore un jeu d'énergie physique, mais il demande pour être perçu de se mettre à un niveau subtil. Pédagogiquement l'énergie d'été, (ou l'été de la journée) sera le bon moment pour accéder à cette perception. Mais l'accent sur l'action musculaire de printemps sera aussi une voie d'approche favorable. Vécu dans la posture ces perceptions "physiques subtiles" aident à ne pas s'identifier à son extériorité physique et à élargir sa conception de la posture.

Chaque saison active naturellement deux grandes fonctions énergétiques et les énergies musculaires qui y sont associées. L'année 2, comme nous venons de le voir déjà ci-dessus intègre le vécu de ces énergies internes de vie - le métabolisme - pour explorer plus profondément les richesses de la posture. C'est en même temps en lien avec l'attitude psychologique "de saison" : calme et descente dans les racines en automne ; temps de gestation dans les profondeurs de l'hiver ; énergie d'action bondissante du printemps ; ouverture à l'espace, ouverture du cœur et joie de l'été ; et éveil à nos capacités d'adaptation rapide et d'évolution dans la "toute saison". Bien que pratiqués déjà durant l'année 1, la manière de vivre les postures selon les énergies de saison sera plus explicite. La notion de "point-clés" : chaque posture présente des difficultés particulières qui appellent des préparations spécifiques. La démarche pour en prendre clairement conscience est importante tant pour sa propre pratique que dans la pédagogie d'enseignement du yoga. Elle sera confortée par une connaissance pratique de l'organisation du corps humain dans la compréhension des rapports musculaires-articulaires et des mouvements de l'infini (en 8) qui l'animent. En variant les animations de la posture (respirations, lâcher-prise ciblé, micro-mouvements, circulations d'énergie, jeu de polarité, vibrations sonores, mini-contractions, frottement des fascia etc...) on la sculpte du dedans, tout en se donnant un moyen très bénéfique de garder une tranquille concentration et plus encore une présence créatrice.